Live report d’une folle soirée au Dream Nation Festival 2017

par helloaylee

Holà ! J’espère que vous allez bien. Après plusieurs mois d’inactivité, le blog revient enfin et ce… avec une V2 ! J’espère qu’elle vous plaît. C’est un peu plus personnel et coloré, mais n’hésitez pas à me faire des retours. Depuis mon dernier article il s’en est passé des choses : nouveau boulot, voyages, et dernièrement : Dream Nation Festival 2017.

Dream Nation Festival 2017 : l’after Techno Parade

Vous avez sûrement entendu parlé de la Techno Parade avec ses chars en musique défilant dans les rues de Paris ? Et bien le Dream Nation Festival c’est sa suite logique, mais le soir et sans chars. C’est donc sur 4 stages et ses 4 styles proposés – Techno, Bassmusic, Hard (hardcore, hardtek), Trance – que les Docks de Paris ont accueilli le Dream Nation Festival 2017 samedi dernier. Cette année le festival signe sa 4ème édition et toujours en tant qu’after de la Techno Parade. Les plus bouillants d’entre vous seront sûrement aux 2 nuits dédiées : la before Dream Nation (vendredi soir), la techno-parade, le main event Dream Nation (samedi soir), et l’after Dream Nation (dimanche matin).

Dream Nation Festival 2017 line up

Pour ma part, j’ai fait le main event et l’after (oui aussi incroyable que cela puisse paraître). Je suis arrivée aux Docks le samedi soir vers 20h40 et j’avais déjà une liste prédéfinie des artistes que j’avais envie de voir : Darktek, Missk8, Manu le Malin et Maissouille pour la hardcore, Kill The Noise, Megalodon, Andy C, Elisa Do Brazil meets DJ Mc Fly pour la bassmusic, Ace Ventura pour la trance, et aucune attente pour la techno. Malheureusement Kill The Noise a dû annuler sa venue, remplacé par Bar9 B2B Trolley Snatcha.  Très cool de voir que l’entrée du festival se fait sans encombre, une nette amélioration depuis la première année du festival, c’est top !

4 scènes, 9h de fête et une dizaine d’artiste vus

Du coup direction Darktek à 21h ! C’est toujours très marrant de voir un tel artiste être programmé à cette heure-là, alors que son set est tout sauf du repos. J’adore le côté énergique et décalé de ses tracks surtout quand il passe Que du sale. En tout cas ce son, comme son set, laisse présager la couleur du Dream Nation Festival 2017: ça va être de la folie !! Je poursuis la soirée avec mon premier set de la scène bassmusic : Trolley Snatcha B2B Bar9. Bar9 est l’un des rares artistes dubstep que j’apprécie toujours depuis plus de 4 ans, mais ce set était décevant. Quel ennui… Je me suis même demandé si je n’étais pas tombée en désamour avec le dubstep..

Dream Nation Festival 2017 Megalodon

Heureusement qu’à 23h, Megalodon a balayé mes doutes ! Mon dieu quel set de dingue, bien mieux qu’à sa dernière Splash (cf. l’ article sur les soirées bassmusic 😉 ). Il nous a complètement retourné ! Pas une minute de répit surtout quand il a passé Jurassic. Son set était varié : du riddim, un peu de trap, et du bon gros dubstep comme j’aime. Bref je me suis éclatée et régalée, merci Megalodon. Malheureusement Manu le Malin était en même temps que Megalodon, du coup ça sera pour une prochaine fois pour voir le prince noir du hardcore français. Pour varier les plaisirs, j’ai continué la soirée avec 30 mins de set d’Ace Ventura et 30 mins de MUST DIE. Le set de MUST DIE et son visuel très nippon sont reconnaissables entre mille : de la trap, du dubstep avec bassline plutôt aiguë. J’aime certains de ses sons (dont le mythique Gem Shards) mais en live, rien de transcendant.. Par contre Ace Ventura, c’était tellement cool ! Je ne suis pas une grande adepte de la trance / psytrance, mais j’ai tellement pris mon pied. Si j’avais su, j’aurai zappé MUST DIE pour entièrement me consacrer à Ace Ventura. D’ailleurs la scène Trance était de loin la plus belle de la soirée.

Dream Nation Festival 2017 live report

De la trance au dubstep

Après Ace Ventura, j’arrive sur la fin du set d’ Eptic. Rien à dire, Eptic reste une valeur sûre en live. L’ayant déjà vu plusieurs fois ces dernières années, Eptic est l’artiste que j’attendais le moins. Néanmoins c’est toujours un plaisir de le revoir, lui, sa joie de vivre et ses visuels toujours très recherchés. Son set est toujours aussi propre et maîtrisé, entre trap, dubstep et son classique mashup Rock you / Feel your love / Get the Program. Tout le contraire de Doctor P, le DJ suivant,  qui ne m’a toujours pas convaincu depuis Rampage.. Ensuite c’est au tour de la drum & bass de venir pousser les portes de la scène bassmusic – pour mon plus grand bonheur -, avec Andy C. Andy C était ma plus grosse déception à l’Inox Park 2016, mais contente de voir qu’il s’est bien amélioré depuis. Le set était un vrai moment de plaisir avec les quelques titres neurofunk qu’il a joué ! Autant vous dire qu’il figure dans mon top 3 des meilleurs sets de la soirée. Je n’avais plus de jambes à la fin de son set. Quant au dernier quart d’heure de Missk8, c’était vraiment sympa ! Les fans de longue date diront que ce n’était pas son meilleur set mais j’ai plutôt bien aimé. Dommage qu’ Angerfist ne soit pas là pour y apporter sa petite touche de folie.

En passant par de la techno et de la hardcore

4h passé, il est temps de prendre un peu l’air pendant les sets de Camo & Krooked et Radium. Par curiosité je suis retournée voir la Techno Stage. J’ai l’impression que ce sont mêmes sons qui sont joués depuis le début la soirée et ce, qu’importe l’heure où je passe devant. C’est une appréciation personnelle hein, no offense. Je respecte ceux qui aiment, mais définitivement, je passe mon tour. Je reprends donc doucement les hostilités pour ma dernière heure au festival pendant que mes amis quittent le festival les uns après les autres  – choix que je respecte, cela fait déjà 8h qu’on fait la fête -. J’ai donc décidé de voir ce que donnait ce fameux Elisa Do Brazil meets Dj Fly. Quelque peu déroutée par l’ajout de scratch durant un set dnb, je trouve que le mélange rend vraiment bien. C’était vraiment lourd. Le set est énergique, et les artistes nous offre une belle synergie comme on en voit rarement. Pour finir ce Dream Nation Festival 2017 comme il se doit, je ne pouvais pas passer à coté du set de Maissouille ! Et c’est sur la scène hardcore que je me rends, puiser mes dernière forces sur son set de haute voltige. Première fois que je vois Maissouille, et j’en suis complètement ravie. C’est un régal. Et c’est ainsi qu’à 6h pétante se finit cette 4ème édition de folie du Dream Nation Festival.

Les « petits » ratés de la Dream Nation Festival 2017

Je sais que pour certains cette Dream Nation Festival 2017 a dû être un calvaire avec les problèmes de vestiaires (parfois plus de 4h à attendre un sac pour finalement le récupérer un autre jour), néanmoins c’est un festival que je recommande pour sa diversité et la qualité de ses artistes. Car oui certains bass-heads vont dire « mais on les a déjà vu 40 fois ». Certes. Mais rien ne vous empêche donc de tester d’autres styles musicaux pour élargir vos champs de possibilités. Car pour 40€, le line-up, le lieu et la durée de votre soirée sont largement rentabilisés. Par contre, je ne suis pas du tout fan de mettre tous les sets dubstep à la suite. D’une c’est assez frustrant pour les amateurs de dnb qui doivent attendre à 3h pour entendre de la drum mais aussi pour la dubstepfam qui, à 3h, n’a plus rien à se mettre sous la dent. Donc choix ou non des artistes, j’ai trouvé ça complètement… nul. Par contre voir que cette année c’est la salle bassmusic qui étaient plus remplie à 22h que la scène hardcore et trance, ça fait plaisir. La chaleur a d’ailleurs eu raison de moi à plusieurs reprises, même en dansant à côté de la porte de sortie, multipliant mes pauses toutes les 20/30 mins.

Vivement la 5ème édition !

En résumé, j’ai vraiment passé une très bonne Dream Nation Festival 2017 ! Un grand merci aux artistes, aux orgas, à Vire-volt agenda pour les places, mais aussi à tous mes proches heureux et joyeux de danser ensemble jusqu’au bout de la nuit. Car oui, faire la fête c’est aussi partager des moments de joie et de rire entre potes, chéri et chouettes rencontres. Mention spécial pour Megalodon, Andy C, Maissouille et Ace Ventura, de m’avoir fait vibré toute la soirée (#teamplusdejambes). Bon après le comment du pourquoi j’ai attéri en after .. c’est une autre histoire ;). Mais en tout cas ce fut encore une édition de folie ! J’ai déjà hâte de voir ce que tu nous proposeras en 2018, Dream Nation Festival 😉 !

Dream Nation Festival 2017 Helloyalee

Source photo : Facebook Dream Nation
Copyright photo(C) Dare Pixel (C) Frederic Gentilleau (C) Byharleyc (C) Tomo Photograpics (C) Remy Rupp (C) Virginie Beaugeard (C) Jeg d’Ekivok (C) Valentin Chrétien (C) Oliv’ Blinders

Voir d'autres articles du blog

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »