J’ai testé le couchsurfing et j’ai adoré

par helloaylee

Le couchsurfing est l’une des plus belles expériences de ma vie. Cette façon de voyager a suscité beaucoup d’interrogations dans mon entourage, alors pour y voir plus clair, voici mon retour d’expérience et quelques conseils avant de vous lancer dans cette belle aventure humaine.

Qu’est-ce que le couchsurfing ?

Le couchsurfing est basé sur un principe simple : celui de l’hospitalité. Littéralement traduit par « surfer de canapé en canapé », il s’agit donc de proposer votre « couch » (un canapé, un lit, un clic-clac) de manière temporaire à un/une touriste de passage. Cela marche également à l’inverse: vous pouvez être celui qui souhaite dormir chez l’habitant. Si vous ne pouvez ni héberger ni voyager, pas de problème, partager un café ou un repas fait aussi parti de l’expérience. Bref le couchsurfing se développe à travers le monde et se résume en 3 mots : « voyagez, partagez, économisez »

Techniquement parlant, il s’agit d’un site sous forme de réseau social, où chaque « couchsurfer » possède un profil. Chacun indique ses disponibilités (ou non) pour héberger un invité, ou s’il est en recherche d’un toit chez l’habitant. Grâce à l’outil de recherche, vous êtes en mesure de filtrer vos résultats par pays, langues, villes, etc.. afin de trouver votre futur hôte ou invité adéquat. Que ce soit dans un sens ou dans l’autre, vous pouvez également prendre l’initiative d’échanger avec un couchsurfer. Il est donc important d’être le plus transparent possible dans sa démarche, tant par la description de son profil que dans la rédaction de sa requête, car le couchsurfing mise énormément sur la confiance de ses membres notamment, par le biais des commentaires et la vérification (payante) des profils.

Une expérience temporaire et immersive

Alors je vous vois venir « c’est trop cool le couchsurfing, c’est gratos, plus besoin de payer une chambre d’hôtel ». Non ce n’est pas ça. La communauté n’a pas besoin d’être pollué par des profiteurs imbus d’eux même mais par des personnes altruistes ouvertes d’esprit. J’insiste vraiment là-dessus car il s’agit une expérience temporaire. Les nuitées vont de 1 à 3 généralement. Si j’ai décidé de faire du couchsurfing c’est avant tout pour l’immersion et le partage mutuel des cultures entre l’hôte et l’invité. Je ne suis pas une adepte des « spots touristiques » quand je voyage mais plutôt des expériences insolites comme vivre chez l’habitant, découvrir les coutumes, les plats atypiques, ou explorer les endroits que seuls les locaux connaissent.

Séoul, ma première fois en tant qu’invité

En 2013 j’avais comme projet de voyager seule à Séoul et à Tokyo. Comme c’était ma seconde fois dans ces 2 capitales, et que j’avais le moral à 0,  j’avais envie d’un changement dans ma vie. J’ai donc rédigé mon annonce sur le site et envoyé ma demande à une dizaine de profils tout en respectant certains critères : seulement filles, parlant minimum anglais, et potentiellement sur la même longueur d’onde (sur les passions ou sur la nourriture). Si en plus de cela elles habitaient près du centre, c’était la cerise sur le gâteau.

Ma première hôte s’appelait Sharon, une coréenne née en Californie, professeur d’anglais à Séoul. C’était la première fois qu’elle hébergeait quelqu’un. Elle habitait dans le sud Séoul sur la ligne 7. J’ai séjourné 3 nuits chez elle, et on a tout de suite accroché quand on s’est rencontrées ! Nos points communs, notre façon de voyager, notre grand amour pour la nourriture y sont pour beaucoup. J’étais étonnée par son appétence pour la culture française et cambodgienne. D’ailleurs, je ne suis pas venue les mains vides, je lui offert du chocolat français et un petit séjour dans un temple bouddhiste en ma compagnie. Son appartement était vraiment cool car j’avais le luxe d’avoir un canapé très confortable.

Une expérience parfaite de A à Z

En Corée du Sud les portes s’ouvrent à l’aide d’un code sur un écran tactile. Donc besoin clé ce qui réduit toute chance de les perdre. Elle m’avait présenté à ses amis australiens qui, à leur tour, m’avait proposé de faire du couchsurfing à Sydney. Incroyable non ? Mais j’ai dû décliner faute de moyens. Pendant qu’elle travaillait la journée, je partais à la découverte de Séoul et la rejoignais le soir, tester les plats coréens les plus fous. J’ai vraiment adoré mon séjour chez Sharon, aussi bien pour son hospitalité que pour sa personnalité.

De Séoul à Los Angeles, l’aventure continue !

Que s’est-il passé depuis ? Nous sommes toujours restées en contact via Facebook et elle est retournée vivre à Orange County (Californie) quelques années plus tard. D’ailleurs grâce à ce réseau social, elle a vu que j’étais à Montréal en même qu’elle était à Orange County et devinez ce qu’il s’est passé ? Elle m’a proposé de lui rendre visite ! J’ai accepté avec grand plaisir et j’ai séjourné 4 jours à Orange County & Los Angeles en 2014. Elle m’a présenté ses amis d’enfance, dont sa meilleure amie, qui habitait à Los Angeles. C’est ainsi que j’ai pu visiter la cité des Anges, mais aussi le fameux DisneyLand Park d’Anaheim et la belle plage de Santa Monica. Je suis d’ailleurs tombée sous le charme de la Californie. J’ai chaleureusement remercié Sharon pour toutes ces belles découvertes, aussi bien urbaines que gustatives, et lui ai rappelé qu’elle était la bienvenue à Paris. En tout cas je retournerai très sûrement en Californie dans les prochaines années à venir.

Couchsurfing à Tokyô ? Oui c’est possible

Ma deuxième expérience de couchsurfing fut à Tokyô, toujours en 2013. C’était une semaine après mon séjour à Séoul. Comment est-ce possible de faire du couchsurfing quand un pays est réputé mauvais en anglais et assez fermé avec les étrangers ? Tout simplement parce que j’ai décidé de séjourner une nuit chez une coréenne qui vivait dans le quartier de Ikebukuro. Cette imprévisible aventure fut fabuleuse, de A à Z.

Tout d’abord mon hôte, Yehn, me dit la veille du rendez-vous: « je suis désolée, je me suis trompée dans les dates, je serai à Singapour ce jour-là ». Puis elle poursuit « mais c’est hors de question de te laisse tomber, je vais demander à ma meilleure amie de venir te chercher, elle aura les clefs et vous dormirez chez moi en toute tranquillité !« .

Une véritable expérience humaine

J’ai donc rencontré Ayumi, sa meilleure amie, à la gare d’Ikebukuro. Et là, ce fut le coup de foudre (amical). Comme si on se connaissait depuis des années ! Parfaitement bilingue, on a parlé toute la nuit de nos vies, nos amis, et de la culture française et japonaise. Elle m’avait même acheté le dîner pour me souhaiter la « Bienvenue à Tokyô ». Juste avant de dormir, elle m’a confié: « tu sais, je pensais juste aider Yehn et te dire au revoir demain, mais vu qu’on s’entend bien, ça te dit que je te présente mes amis ? Puis d’autres soirs, on ira au Karaoké et à l’Izakaya ensemble ! « . J’étais tellement heureuse que j’en ai pleuré de bonheur. Comme dit plus haut, je traversais une mauvaise période dans ma vie. Jamais je n’aurai pensé qu’une une rencontre hasardeuse avec une inconnue m’aurait fait autant de bien. C’est aussi ça, le couchsurfing, beaucoup d’émotions.

Un voyage à Tokyô que je n’oublierai jamais

J’ai donc rencontré les amis d’Ayumi dans un bar tenu par l’un d’entre eux. Très accueillants et tous plus âgés, ils rigolaient de tout et de rien malgré leur anglais approximatif et mon japonais limité. Le petit-ami d’Ayumi et Akira étaient fan d’anime et de mangas. Ils adoraient One Piece, Evangelion, et Dragon Ball Z. Izumi était la plus jeune de la bande, voyageait souvent au Cambodge et adorait me montrer ses photos de vacances.

Akira travaillait au parc d’attraction du Tokyô Dôme, et ce soir là il m’avait demandé si j’y étais déjà allée. J’ai répondu que non alors il répliqua: « voici mon Line, viens demain 9h devant le parc et je te passerai mon badge pour que tu puisses faire autant de manèges que tu veux! ». Je n’y croyais pas mes yeux, je ne savais pas quoi répondre à part un timide, mais grand merci. Et effectivement, le lendemain je suis passée avec son badge. Même si le Thunder Dolfin était en rénovation, j’ai crié toutes forces dans la maisons hantée. Les japonais font vraiment les pires maisons hantées du monde.

Ayumi et ses amis m’ont aussi emmené dans un restaurant avec des spécialités d’Hokkaido. J’y ai goûté des choses aussi bonnes qu’écœurantes. Avant mon départ, on s’est tous revu pour un Izakaya + karaoké: on a tous chanté comme des barbares Linda Linda, le générique d’Evangelion, ou du Utada Hikaru pour ma part. Ils ont tous tenu à me faire un petit cadeau. Akira m’a surprise avec ces petits goodies Evangelion et One Piece. J’ai vraiment été touché par leurs gestes. On se connaissait à peine et pourtant j’avais l’impression de faire partie de leur bande.

Et Yehn dans tout ça ?

J’ai faillit la rater à cause de son voyage à Singapour, mais elle est venue dès que possible à mon hôtel, le jour de mon départ. Elle a été adorable et à la fois désolée de ce qu’il s’est passé. En tout cas, j’aurai vraiment voulu qu’elle passe cette semaine avec nous. Une prochaine fois j’espère. 🙂

Le veille de mon départ, Ayumi m’envoie un message en me demandant à l’heure de mon vol. Elle me répond ensuite : «  Je vais venir à l’aéroport avec mes parents et mon petit ami ! J’ai un autre petit cadeau pour toi, pour te dire au revoir 🙂 ! » et vous vous doutez bien, j’ai eu larmes aux yeux. Une vrai scène sortie d’un anime. J’oublierai jamais ce séjour à Tokyô. Ce fut la chose la plus imprévisible et la plus incroyable de ma vie.

Je vous ai raconté l’expérience dans les grandes lignes car l’article est assez long comme ça. Je suis toujours en contact avec Yehn, Ayumi et ses amis via Facebook. D’ailleurs Yehn est repartie vivre en Corée du Sud et vient de temps en temps à Paris dans le cadre de son travail, ce qui nous permet de nous revoir ponctuellement.

Ma première fois en tant qu’hôte

Cette fois-ci on échange les rôles, j’ai hébergé Jennifer, une coréenne vivant à Séoul. Bilingue anglais, elle est restée 4 nuits dans mon ancien et petit studio. Je trouvais ça comique que cela ne lui posait aucun problème. Jennifer est le genre de nana qui prend en photo, même les choses les plus farfelues. Elle étudiait l’histoire de l’art et visitait un musée, une galerie, au moins une fois par jour. Je lui ai fait découvrir la capitale et mes endroits préférés dès que je pouvais, vu qu’en journée j’étais en cours. En échange elle me conseillait quelques recettes coréennes, ou m’invitait à dîner quand j’étais trop fatiguée !

D’hôte à invité, le quotidien d’une famille coréenne

Puis les semaines ont suivi, et notre amitié a grandi et c’est elle qui m’a hébergé en retour à Séoul. Ce n’était pas du tout prévu mais elle voulait me remercier pour mon hospitalité. C’était la première fois que j’avais l’occasion de partager le quotidien d’une famille coréenne. J’ai été accueilli au soju, plats maisons, et même un dossier d’inscription à une université coréenne – comme son père y était professeur -. Qu’importe ma couleur de peau, mon origine, ou mon statut, j’avais l’impression de faire partie de leur famille et ça me faisait un bien fou.

Je renouvellerai sûrement l’expérience d’hôte mais pas pour tout de suite. C’est une expérience enrichissante où l’on se rend compte à quel point sa ville est belle et pleine de surprises. Et puis c’est une façon de s’ouvrir aux autres, de partager son quotidien tout en laissant entrer une autre culture chez soi, qui, imprévisiblement, vous le rendra.

Conseils pour ses premiers pas en couchsurfing

Malheureusement, il y a déjà eu des mauvaises expériences couchsurfing dans la communauté. Mais je suis la preuve qu’il en existe des bonnes :).C’est pour cela que mes hôtes et mon invité n’étaient que des filles (puis aussi par respect de ma vie privée). Pour éviter tout désagrément, il est important de beaucoup échanger AVANT la rencontre / consulter les commentaires des autres « couchsurfers ». Soyez transparent dans votre annonce et rédigez-la en anglais. J’ai voyagé seule mais je sais qu’il possible de faire du couchsurfing à 2, l’offre est juste plus réduite. Il est possible que votre hôte puisse annuler à la dernière minute, ça arrive, alors au cas où, prévoyez toujours un peu d’argent de côté pour réserver un hôtel.

Le couchsurfing a été une expérience humaine incroyable qui a changé ma vie. Au delà de voyager à moindre frais,  j’ai été touché par la gentillesse et l’hospitalité de mes hôtes mais aussi par cette immersion unique au cœur de la culture japonaise, coréenne et nord-américaine. Être chez l’habitant a également enrichi mon anglais, japonais et coréen tout comme mon ouverture d’esprit. Alors si l’aventure vous tente, rien de plus simple : il suffit juste de vous inscrire sur le site, remplir vos informations et rédiger votre annonce. J’espère que vous aussi, vous y ferez de belles rencontres, celles vous redonneront foi en l’humanité.

Voir d'autres articles du blog

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.