Bravely Second End Layer : une suite réussie ?

par helloaylee
951 views

Sorti en 2016, Bravely Second: End Layer est le deuxième opus de la série Bravely, J-RPG développé sur Nintendo 3DS par Square Enix & Sillicon studio. Terminé il y a quelques semaines, ce jeu m’a vraiment transporté tant par son scénario et ses graphismes. Je m’étais procurée, il y a un an, la superbe l’édition collector deluxe. Toute de noir vêtue, cette édition contient une figurine d’Agnès, un artbook de 250 pages, la bande originale et le jeu. La figurine est d’ailleurs très mignonne même si j’aurai préféré avoir Magnolia Arch ou Édéa. Avant de vous livrer mon avis sur Bravely Second, je vous recommande fortement d’avoir joué Bravely Default, sorti en 2012.

Bravely Default : là où tout commence..

Bravelydefault

L’histoire commence avec Tiz Arrior, le dernier survivant d’un village englouti par un gouffre géant et Agnès Oblige, une vestale cristlline toujours accompagnée de sa fée Airy, fuyant ses persécuteurs. Tous les trois s’unissent et rencontrent sur leur chemin Ringabel, un aventurier amnésique et Édéa, fille du duché d’Éternia. Élevée dans la doctrine anticristalline, Édéa fut chargée de capturer Agnès afin de la ramener auprès de son père. Mais après s’être aperçue des violences perpétrées par l’armée éternienne, elle se rebelle et finit par rejoindre l’aventure d’Agnès et ses amis. Ils partent alors en quête de la libération des 4 cristaux sacrées afin de restaurer la paix dans le monde. Ainsi, d’ennemis en ennemis, la fine équipe traversera une série d’épreuves et de rebondissements afin d’endiguer les ténèbres de Luxendarc.

Le système de jeu Brave & Default

Entre les différentes classes, le système du tour par tour et de levelling, nous retrouvons ici le gameplay des premiers Final Fantasy. La petite nouveauté réside dans les fonctionnalités Default et Brave des systèmes de combat. Quand un combat commence, chaque personnage démarre avec 0 Points Brave (PB) à son compteur. Avec Default vous mettez la garde et cumulez des PB en contrepartie, vous êtes dans l’incapacité d’agir. Avec Brave, aucune garde est possible, vous pouvez seulement avoir recours à vos actions (attaque, soin etc.) et utiliser les PB cumulés (ou non) afin de blesser votre ennemi pendant, au maximum, 4 tours d’affilé sans que celui-ci puisse placer quelconque action entre vos tours. Votre but est donc de savoir sciemment utiliser ces 2 fonctionnalités, couplées à vos classes, afin de battre votre ennemi de manière astucieuse. Si ce n’est pas très claire, voici une petite vidéo qui illustre mes propos.

Bravely Default m’avait surtout mis une claque visuelle et auditive: le soucis du détail est omni-présent. Si je devais pointer ses défauts, je parlerai sans doute de cette phase répétitive où l’on doit recommencer le jeu au fil des chapitres de l’histoire. Certains diront aussi qu’il y a un air de déjà-vu, mais je trouve que Bravely Default a vraiment sa propre identité. L’histoire est classique, sans transcender le genre, je lui reprocherai presque d’être un peu trop prévisible. Je me suis d’autant plus attachée à Édéa qu’à Agnès que j’ai fini par trouver chiante et ennuyeuse. Je l’ai terminé avec joie au bout de 80h et c’est typiquement le genre de jeu où il faut regarder toutes les cinématiques puisque celle de fin nous fait bien comprendre qu’une suite se profilait.

Bravely Second : K.O, OK ?

L’histoire prend place 2 ans après la fin de Bravely Default. Alors qu’Agnès est sur le point de signer le pacte de paix entre l’orthodoxie et le duché d’Éternia, la voilà kidnappée par un mystérieux Kaiser et sa fée Anne, la soeur d’Airy. Bien que cela se passe dans le même monde que le premier opus, l’introduction de nouveaux personnages comme Magnolia Arch et Yew Généolgia va permettre de lever le voile sur les intentions du Kaiser et revoir nos héros préférés refaire surface pour rétablir la paix de ce monde céleste.

Bravely Second a vraiment l’art et la manière de recycler du vieux avec du nouveau. Nous retrouvons la même carte, les mêmes villes, à l’exception de 3/4 d’entres elles. J’aurai vraiment préféré avoir un nouveau monde et de nouvelles villes à explorer. Le gameplay est pratiquement identique. Le levelling s’est vu légèrement affiné puisqu’il est désormais possible d’enchaîner plus d’ennemis pour « farmer » plus vite. Vous en doutez Second est la nouvelle fonctionnalité du jeu. Elle vous permettra de figer le temps durant votre combat et d’attaquer votre ennemi pendant ce court laps de temps. Vous ne pouvez pas utiliser cette fonctionnalité à tout bout de champ car il vous faut posséder des boissons PB, disponible seulement toutes les 8 heures.

Bravely Second VS. Bravely Default

À l’instar de Bravely Default, l’histoire est plus étoffée et bien mieux mise en avant dans ce second volet. Le bel opening y est sûrement pour quelque chose. Plusieurs thèmes sont abordés: l’amour sous toutes ses formes, la vengeance, le sacrifice ou encore effacer pour mieux réécrire. Par sa maturité sa profondeur, Bravely Second m’a beaucoup plus touché que son prédécesseur. Pourtant ce n’était pas parti pour avec Yew qui souffre du même syndrome chiant qu’Agnès. Toutefois, dans Bravely Second,  1 seule classe sur les 2 proposées sera à choisir à chaque boss de votre quête secondaire. Et contrairement à Bravely Default, vous avez une bonne et une mauvaise fin.

J’ai terminé le jeu au bout de 80h, mais c’est surtout parce que je voulais avoir toutes les classes. D’ailleurs si cela vous intéresse, mon équipe était composée de templier, astrologue, invocateur et œil d’aigle. J’ai particulièrement adoré le boss de fin par sa difficulté et la mise en scène de ses interactions. Tout comme le premier volet, la scène de fin nous laisse présager une suite. Enfin, petit bonus pour les puristes, vous avez le choix des langues entre japonais et anglais. Vous seriez même surpris de voir certains protagonistes maîtriser la langue de molière ;).

Pour conclure Bravely Second: End Layer est une suite plutôt réussie qui m’a spécialement marqué par sa fin en apothéose. Cet opus se veut clairement plus mature que Bravely Default avec une durée de vie sensiblement plus courte. Toujours aussi beau, le jeu manque néanmoins de nouveauté. De toute évidence, il vaut mieux avoir terminé Bravely Default avant d’entamer sa suite. Sauf si vous préférez perdre le fil de l’histoire et ignorer les références faites au premier volet. Enfin, si vous êtes à la recherche de J-RPGs sur 3DS qui vous rappellent les premiers Final Fantasy, la série Bravely, digne héritière du savoir-faire de Square Enix, saura parfaitement répondre à vos besoins.

Voir d'autres articles du blog

1 commentaires

Neitsabes avril 2, 2017 - 4:54

Je n’ai pas terminé le jeu. J’ai énormément adoré le premier jusqu’à ce qu’on commence à refaire sans cesse la même boucle temporelle, et du coup, j’ai sûrement une indigestion de l’univers qui pourtant est génial 😮 !

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »